L’entraînement Diplomatique en Equipe - Diplomatic Team Training, MUN in Europe.

October 5, 2016

Interview avec Andrea Escobedo-Paiz

 

Que vous soyez débutants ou délégués expérimentés, il vous arrive certainement de temps en temps de vous poser la question : « est-ce que j’exploite mon plein potentiel de négociateur dans ce débat? ».

 

C’est exactement pour cela que LouvainMUN existe! Cette petite mais puissante association MUN au coeur de la Belgique francophone constitue une équipe stable de délégués promettants pour toute une année académique, et les entraine à l’aide d’un dispositif spécifique qui ne met pas à son centre les règles de procédure MUN. En effet, au lieu de simuler des sessions en comité de certains organes spécifiques de l’Organisation, l’équipe se forme à la prise de parole en public, la spontanéité et l’argumentation dans des situations aussi diverses qu’improbables et stimulantes.

 Photo Source: Louvain MUN, Facebook Page.

 

Andrea Escobedo-Paiz, étudiante en Master de Relations Internationales à l’Université Catholique de Louvain, présidente actuelle de l’association LouvainMUN et incroyable diplomate, nous parle aujourd’hui de cette méthode extraordinaire qui fait de parfaits débutants dans le monde des MUN, les machines de guerre diplomatiques que certains d’entre nous ont pu avoir le plaisir de rencontrer à Genève, Hambourg, Edimbourg ou encore Stockholm au cours des dernières années.

 

Comment ça fonctionne?

 

Motivation plutôt qu’expérience

 

Un des secrets de ce succès est peut-être le fait que, comme l’explique Andrea, la sélection des membres de l’équipe ne se fait pas sur un critère d’expérience. La procédure de sélection comporte par exemple une simulation de débat de 3 heures, mais non sans expliquer les règles de procédure au préalable lors d’une séance préparatoire : les candidats débutants sont donc les bienvenues! Dans un deuxième temps, les candidats sont invités à un entretien individuel, à travers lequel les entraîneurs essaient de faire connaissance plus personnellement avec les candidats. « Il y a beaucoup de critères, ce n’est jamais la même chose, mais la motivation compte peut-être avant tout. Avant de rejoindre LouvainMUN, je n’avais jamais fait de MUN, beaucoup d’entre nous n’en avaient jamais fait! Ce n’est pas sélectif dans le sens ‘juste ceux qui ont de l’expérience’. Malheureusement, nous ne pouvons pas prendre 30 personnes, car nous n’avons pas assez de support financier, mais nous essayons de donner une chance à tout le monde, d’être aussi ouverts que possible. »

 

 

Comme pour la plupart des entraîneurs, voir ses délégués prendre confiance et réussir est une récompense particulièrement précieuse pour Andrea. « J’adore les voir se sentir bien, se sentir à l’aise, » dit-elle. « Ça fait du bien de savoir que tu as aidé les gens à se construire. »

 

Esprit d’équipe et une méthode sur mesure  

 

A LouvainMUN, les entraînements se construisent de manière interactive en fonction des besoins et préférences des membres. Andrea explique notamment que le contenu des séances est déterminé en respectant le feedback de l’équipe semaine par semaine, et les exercices se concentrent toujours sur une difficulté ou une compétence en particulier. Dans ce dispositif, chacun aura la possibilité de repérer et surmonter ses difficultés au fur et à mesure, à travers des exercices dynamiques individuels ou en groupe, tout comme des corrections personnalisées et des remarques constructives.

 

« On n’insiste pas autant sur la procédure, mais 2-3 semaines avant une conférence, on prépare évidemment les délégués, on ne les envoie pas dans le vide. Deux fois par quadrimestre, on fait aussi une simulation de 3-4 heures, et c’est pendant ces simulations-là qu’on se focalise sur les règles plus techniques et des stratégies de négociation. » Mais selon elle, il est plus important encore que les délégués soient à l’aise sur d’autres aspects, avant de les inonder de règles et de procédures. « Même si l’entraînement sur les règles de procédure est génial, on trouve qu’il faut une base pour oser parler : même s’ils connaissent les règles, pour certains c’est vraiment difficile de parler en public. »

 

— Body language, écoute et discours

 

« Vu qu’on est une petite équipe, on se connait très bien, et on sait ce que chacun doit corriger, » dit la présidente. « Par exemple, au début, je me touchais toujours les cheveux. Je savais très bien que c’était mon défaut, et on le corrigeait dans les séances body language. Il y a vraiment des exercices qui te font rendre compte que tu fais quelque chose pendant que tu parles. »

 

Pour entraîner les membres à remarquer et corriger leurs défauts, l’équipe a mis en place toute une série d’exercices ciblés qui permettent à chacun de trouver son compte. Dans l’exercice du discours adapté par exemple, les délégués reçoivent à l’avance un discours qu’ils doivent préparer pour la session d’entraînement, et ensuite l’adapter à une situation de crise inattendue, en réagissant autant par le contenu que par le langage du corps et le gestuel. « Personnellement, cela m’a beaucoup aidé, car l’exercice m’a obligée à me concentrer sur les deux, » se rappelle Andrea. Dans un exercice appelé ‘Caterpillar debate’ (fr. ‘débat chenille’), les délégués s’entraînent surtout à l’écoute : dans une chaine de débat, les délégués, divisés en deux équipes réagissent tour à tour au discours de la personne en face. Pour améliorer leur anglais, les délégués sont souvent confrontés à divers discours (déjà existants, à regarder en vidéo) ainsi qu’à des situations dans lesquelles ils doivent en un court lapse de temps préparer une intervention orale en respectant un sujet et une position particuliers.

 

— Improvisation

 

« Certains exercices obligent les membres de l’équipe à suivre l’actualité. Parfois, on ne donne rien du tout avant le début d’une session. Quand ils arrivent, on distribue les positions et quelques lignes d’information à chacun, et on demande aux délégués de préparer un discours en deux minutes. »

 

Parfois, les sujets sont moins sérieux, car, comme l’explique la présidente, la fatigue l’emporte dans l’équipe. Dans ces cas, raconte-t-elle, les entraîneurs lancent des petits défis qui peuvent dans un premier temps paraître drôles, mais qui peuvent s’avérer être d’une véritable aide pour les délégués. L’exercice du vendeur de lampe semble ici aussi être un grand classique, mais les délégués ont déjà débattu au sujet du bannissement des sodas dans les écoles, représentant des directeurs, professeurs, mais aussi des responsables marketing de grands fabricants de boissons, avec des points de vue divers et parfois très surprenants. « Ces exercices ne semblent pas sérieux au premier coup d’oeil, mais ils entraînent vraiment à la persuasion. Il y a des délégués qui avaient beaucoup de mal au début, et cela les a beaucoup aidés. »

 

« De façon générale, on aime bien tout ce qui est improvisation, » explique Andrea. Son exercice préféré, comme elle dit, est la crise : « Quand je commençais en tant que déléguée, on nous faisait préparer la position d’un pays sur un sujet sérieux, et je ne m’attendais pas du tout à ce que la situation change pendant le débat. Pendant l’entraînement, on m’a dit que mon pays avait été bombardé et que j’avais une minute pour changer de position. Dans une situation de crise, on ne sait jamais où cela va aller, et c’est ce qui m’a aidé le plus, » raconte-t-elle. « Après, j’ai été déléguée dans beaucoup de comités de crise, et je n’étais jamais paniquée à l’idée de ce qui pouvait se passer, car je savais comment travailler les crises, comment gérer. » Au vue de son succès dans tous ces comités, c’est dire que l’entraînement a été efficace!

 

Une autre particularité de LouvainMUN est peut-être que dans l’équipe, chacun participe systématiquement aux débats : les situations et rôles attribués obligent tous les délégués à prendre la parole à parts égales, et leur permettent donc de s’améliorer rapidement. Andrea explique qu’après la procédure de sélection, on considère que les délégués sont là pour apprendre et évoluer. « C’est vrai qu’on leur demande un minimum de travail, mais ne pas avoir le choix aide beaucoup ceux pour qui c’est difficile parce qu’ils sont plus timides à la base. J’étais moi-même comme ça au début, beaucoup de gens sont comme ça, » me confie-t-elle. « Mais les exercices te forcent à parler, et tu apprends parce que tu n’as pas le choix. »

 

 

Le sérieux du travail n’affecte évidemment pas la bonne ambiance dans l’équipe : le défi de l’inattendu lors des entraînements et les voyages vers les conférences partout en Europe font de ce petit groupe une véritable machine soudée qui fonctionne à merveille, d’autant plus que LouvainMUN ne voyage jamais en sous-effectif. Tout comme chacun participe aux débats lors d’un entraînement, chacun est présent aux conférences.

 

« En principe, on part tous ensemble, sauf si quelqu’un ne peut pas venir pour des raisons académiques comme un mémoire à rendre. Si on n’a pas assez de places pour une conférence - et ça nous est déjà arrivé de ne pas en avoir autant que prévu - on ne part pas. »

 

Au cours de cette année, LouvainMUN a été de plus en plus présent sur le campus de Louvain-la-Neuve, notamment à travers le UN Simulation Day réalisé avec 40 délégués repartis en deux comités : un Conseil de Sécurité anglophone et une Assemblée Générale francophone!

 

« Cette année, nous nous sommes concentrés sur Louvain-la-Neuve, le but était de faire petit mais bien. Mais vu que nous avons eu beaucoup de succès, l’année prochaine, on essaiera de construire cela encore plus, » explique enfin Andrea, qui passe la présidence de l’association à un autre MUNer extraordinaire, Daniel Lopez Rojas, dès septembre prochain.

 

Si vous cherchez donc une petite conférence bilingue dans une ville unique dans son genre, organisée par une équipe passionnée et ouverte aux défis, gardez un oeil sur les pages de LouvainMUN, soit sur Facebook sous https://www.facebook.com/LouvainMUN/?fref=ts , soit sous https://louvainmun.com !

 

Information éclair

 

Nombre de sessions : une par semaine

Point focal : improvisation, prise de parole, gestuel

Règles enseignées : en fonction de la prochaine conférence

Préparation : oui/non en fonction du thème de la session à venir

Sélection : oui (équipe constituée par année académique)

Nombre de délégués : entre 10 et 15

Accessible aux débutants : oui

 

Credits: Reka Varga, United Ambassadors Content Associate


a

Please reload

FEATURED POSTS

What is UN4MUN?

July 23, 2019

1/10
Please reload

RECENT POSTS

July 23, 2019

February 22, 2018

Please reload

ARCHIVE
Please reload

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Instagram Social Icon
  • Google+ Basic Square
  • YouTube Social  Icon